Ressources

Ce Guide futé se veut un outil dont les travailleurSEs du sexe et leurs alliés peuvent se servir pour promouvoir la reconnaissance de l’expertise des travailleurSEs du sexe. Les travailleurSEs du sexe connaissent mieux que quiconque les obstacles structurels, juridiques, institutionnels, socioéconomiques et culturels qui entravent leurs droits fondamentaux et leurs droits du travail. La recherche montre que la participation significative des travailleurSEs du sexe est primordiale si l’on veut mettre fin aux inégalités et aux iniquités dans notre société.

Download this resource:

À travers le monde, le travail du sexe est réglementé par un éventail de lois et de politiques variées. NSWP a publié une carte des lois mises en œuvre dans 208 pays et dépendances pour réglementer et criminaliser le travail du sexe ; cette carte indique aussi parfois les lois appliquées au niveau régional, dans les pays.

Cette Note d'Information souligne les problèmes de l'amalgame du terme 'exploitation sexuelle' avec le travail sexuel, et comment cela exacerbe les dommages faits aux travailleuses du sexe.

Ces dernières décennies, la traite des personnes a fait l’objet d’une attention grandissante sur la scène internationale, un phénomène qui résulte principalement de la mise en œuvre des traités internationaux de lutte contre la traite, de la pression exercée par les féministes fondamentales et les groupes abolitionnistes et d’une réaction à l’augmentation des migrations de travail dans le monde.

Cette note d’information présente les différents domaines sur lesquels les systèmes de protection sociale devraient se concentrer pour répondre aux besoins des travailleurSEs du sexe.

Cette note d’information de NSWP apporte des informations concernant deux lois – « Stop Enabling Sex Traffickers Act » (SESTA) et « Allow States and Victims to Fight Online Sex Trafficking Act » (FOSTA), qui criminalisent les plateformes en ligne que les travailleurSEs du sexe utilisent pour promouvoir leurs services et échanger des informations avec d’autres travailleurSEs du sexe, notamment dans l’objectif de garantir leur sécurité.

On trouvera dans ce document:

Le présent document est un outil pratique qui peut servir, d’une part, aux organisations pour évaluer si elles impliquent ou non les travailleurSEs du sexe de façon significative et, d’autre part, aux organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe pour évaluer si elles sont impliquées de façon significative.

Un nombre grandissant de pays ont commencé à mettre en œuvre la réforme des lois sur le travail du sexe pour « mettre fin à la demande de sexe rémunéré » et criminaliser l’achat de services sexuels ou l’envisagent.

Ce Guide futé s’inspire de l’outil de plaidoyer de NSWP sur le « modèle suédois », et s’intéresse aux préjudices que le modèle nordique a pu causer aux travailleurSEs du sexe dans les pays où il a été introduit. Il se base sur les expériences des membres de NSWP, sur leurs contributions, sur des entretiens approfondis et sur des études de cas rassemblées lors d’un processus de consultation. L’objectif de ce Guide futé est de servir d’outil aux adhérents de NSWP et aux défenseurs des droits des travailleurSEs du sexe pour contester activement les projets d’introduction du modèle nordique dans leur pays.

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document de politique générale Le travail du sexe et l’égalité de genre. Il s’intéresse aux liens qui existent entre les droits des travailleurSEs du sexe et l’égalité de genre. Il soutient que le mouvement de défense des droits des femmes doit inclure, de façon significative, les travailleurSEs du sexe en tant que partenaires. Il défend l’idée d’un féminisme qui reconnaitrait les droits des travailleurSEs du sexe comme des droits humains et met en lumière les intérêts communs qu’ont les deux mouvements dans leur lutte pour une amélioration des droits des personnes.

Ce document de politique générale s’intéresse aux liens qui existent entre les droits des travailleurSEs du sexe et l’égalité de genre. Il soutient que le mouvement de défense des droits des femmes doit inclure, de façon significative, les travailleurSEs du sexe en tant que partenaires. Il défend l’idée d’un féminisme qui reconnaitrait les droits des travailleurSEs du sexe comme des droits humains et met en lumière les intérêts communs qu’ont les deux mouvements dans leur lutte pour une amélioration des droits des personnes. Au final, il ne peut pas y avoir d’égalité entre les genres si les droits humains des travailleurSEs du sexe ne sont pas reconnus et protégés à part entière. Un guide communautaire est aussi disponible ici.